Accueil du siteRéalisationsDivers
Trusquin
samedi 15 mars 2008

popularité : 15%

Réalisation d’un trusquin.

==============================================================




Ce trusquin est outil de conception personnelle, dont je me sers souvent pour différentes opérations de traçage.

C’est un appareil constitué d’un socle usiné à la fraiseuse dans un bloc d’épaisseur 25mm en alu, auquel j ’ai donné une forme en pointe avec un angle à 90° sur un seul côté. Ce bloc reçoit un perçage en son centre diamètre 9,5mm, puis un alésage diamètre 10mm grâce à un alésoir à coupe rasante. Dans ce perçage viendra prendre place un rond acier diamètre 10mm, longueur 300mm récupéré sur une vieille imprimante, et enfoncé à force.

Viens ensuite une pièce en rond alu diamètre 50mm. Une première opération consiste en un dressage des deux faces au tour pour venir à une longueur de 30mm. Sur cette pièce, deux perçages de part en part sont pratiqués sur la face cylindrique. Un perçage diamètre 10mm à 8mm d’un des bords qui va coulisser sur le rond 10mm cité plus haut, et un autre de 6mm, à 8mm de l’autre bord, perpendiculaire au premier, dans lequel viendra coulissé un rond acier diamètre 6mm, longueur 25mm, lui aussi de récupération. Un perçage diamètre 4,2mm est pratiqué sur chacune des deux faces du rond alu, avec taraudage M5, débouchant dans chaque perçage cités plus haut. Ces taraudages recevront des vis M5 qui serviront à bloquer les ronds acier dans leurs mouvements de translation et de rotation.

Un montage vient se greffer sur une des extrémités du rond diamètre 6mm. Cet ensemble de pièce est constitué de deux ronds diamètre 30mm. Sur la première pièce, une première opération d’usinage au tour, après le dressage des deux faces pour mettre à la longueur de 50mm, à constitué à charioter jusqu’au diamètre 5mm sur 25mm de longueur ; ceci va constituer un axe, qui sera taraudé M5 sur 10mm de longueur. Deux autres perçages sont pratiqués sur la partie cylindrique, l’un diamètre 8mm à 8mm du bord qui pourra recevoir des crayons, l’autre 2,5mm à 10mm du premier, dans lequel sera insérée une pointe à tracer longueur 30mm montée à force. Sur l’autre face de la pièce un perçage à 6mm du bord, diamètre 4,2mm suivit d’un taraudage M5, recevra une vis qui viendra bloquer un éventuel crayon. L’autre pièce est elle aussi tirée d’un rond de 30mm, mis à la cote de 20mm, percé de part en part dans son axe diamètre 5mm. Un autre perçage diamètre 5.6mm sur 12mm de profondeur, suivit d’un alésage 6mm est pratiqué sur la face cylindrique, à 5mm d’un des bords, qui recevra l’axe 6mm, monté en force. Cette pièce vient prendre place dans la première. La rotation doit se faire librement, et cette pièce se bloquera grâce un écrou à oreille.




Les trois vis de blocage sont toutes extraites d’une tige filetée M5. Ces vis sont tout d’abord coupée à 50mm de longueur, puis chariotées au tour diamètre 4mm sur 40mm, et enfin pliées.



Cet outil me sert à effectuer toutes sortes de traçage ; Traçage d’une ligne de flottaison, toutes sortes de traçages de pièces sur marbre, traçage de lignes parallèles, etc... Une autre application de cet outil, déduire l‘épaisseur d’un bordé sur les verticaux d’un plan de chantier ; Grâce la pointe du socle plaqué contre la membrure, le suivit du tracé est relativement précis, et permet ainsi de déduire l‘épaisseur souhaitée. Le crayon ou la pointe peuvent être bloqués dans n‘importe quelle positions grâce aux déplacements en rotation et en translation des différents éléments.

 
Articles de cette rubrique
  1. Cale à poncer.
    8 novembre 2007

  2. Essuie glace.
    8 novembre 2007

  3. Accessoires.
    28 décembre 2007

  4. Vitrage.
    28 décembre 2007

  5. Machine à brochetter.
    28 décembre 2007

  6. Trusquin
    15 mars 2008

  7. Cintreuse-rouleuse.
    24 mai 2008

  8. Caisses à poissons
    11 octobre 2008

  9. Casiers à crustacés
    10 janvier 2009