Accueil du siteRéalisationsParties de navires
Echelle & Crinoline.
Echelle 1/35éme.
vendredi 28 décembre 2007

popularité : 21%

Echelle & crinoline

Texte et réalisation Philippe MADIOT.

Le procédé que je vais décrire permet de réaliser la plus part des échelles, dites "droites", rencontrées sur les bateaux. Certaines sont équipées de dispositifs anti-chute.

L’échelle et le dispositif anti-chute décris et mis en photos, sont des essais, au 1/40ème. Ils m’ont permis entre autre de déterminer la faisabilité de l’accastillage laiton d’un futur projet de chalutier. La descrïption suivante est faite pour des montants plats, et des barreaux d’échelon ronds. Toutes fois, le procédé peut convenir pour des montants rond et des barreaux d’échelons carrés.

-L’échelle :

La première opération à été de découper les deux montants dans une tôle laiton épaisseur 0.4mm, longueur 150mm, largeur 1.8mm (dimensions exactes d’une échelle de portique au 1/40ème). Les deux pièces ainsi obtenue sont assemblée sur leurs parties plate avec du scotch double face. Cette façon de procédé (décrite dans le sujet « grue » pour des pièces en alu), permet la réalisation de pièces rigoureusement symétriques. Des perçages vont être effectuer sur ces montants, de manière à insérer les échelons ronds diamètre 0.8mm.
 Ces deux images montrent le gabarit de perçage monté sur l’étau.

Pour pouvoir respecter rigoureusement les écarts entre barreaux, j’ai imaginé un montage archaïque mais me donnant toute satisfaction. Une pièce qui servira de guide est prélevée dans un U en laiton 2mm intérieur. Un autre U pouvant accueillir le premier est soudé dessus, réalisant ainsi ma « machine à faire des trous ». Les entre-axes de mes échelon étant espacé de 5mm, je perce un trou diamètre 0.8mm à 5mm du bord de cette « machine ». Il ne reste plus qu’a l’immobiliser dans un étau, et à régler l’étau sur la perceuse. Les montants sont introduits dans la machine. Les extrémités des montants venant à raz de la sortie de « la machine ». Blocage , puis perçage. Pour déterminer exactement l’entre- axe, je me sers de la jauge de profondeur d’un pied à coulisse, que je vais régler de 5mm en 5mm à chaque perçage, faisant avancer de ce fait les deux montants de façon régulières. Lorsque tout les perçages sont effectués (28 au total) je sépare mes deux pièces, un coup de toile émeri sur chacune des pièces, et je passe à la découpe en série des barreaux. Leurs longueur montés sur l’échelle est de 7mm, donc pour garder un peu de marge, je les coupe à 8mm.Après avoir immobilisé les montants avec un écart intérieur de 6.2mm, je positionne un à un les barreaux dans les perçages des montants, qui, si toute les opérations se sont déroulées correctement, doivent donner une parfaite symétrie et écart entre eux. Lorsque tout est parfaitement réglé, il suffit de souder un à un les barreaux, et le tour est joué. La dernière opération consistera à limer la partie extérieure des barreaux qui dépasse des montants, rendant ainsi les perçages invisibles. Deux images montrant le principe d’espacement des perçages.

========================================================

-Le dispositif anti-chute (crinoline) :

Il est réalisé en fil laiton diamètre 1.2mm pour les montants, et 0.8mm pour les filières (côtes à l’échelle 1/40ème). La difficulté réside dans le fait que sur le vrai navire, les filières sont soudée bord à bord, et non dessus dessous. Donc, j’ai été obliger de confectionner un gabarit de montage.

Dans un tube alu diamètre 16mm, épaisseur 3mm, que j’ai usiné diamètre 15mm, des encoches diamètre 14.4mm(dimension intérieur des montants) sont opérées à l’outil à saigner section 0.8mm(diamètre des montants). Trois saignées largeur 0.8 et profondeur 0.4mm sont alors pratiquées sur la longueur du tube, toujours au tour à métaux, mais moteur arrêté, en déplaçant le chariot du tour sur la longueur du tube. Au point de croisement des saignées des montants et de celles des filières, des perçages diamètre 6mm sont réalisés à la perceuse à colonne pour permettre les soudures. L’avantage d’un gabarit en alu, réside dans le fait que lorsque les différentes pièces en laiton vont être chauffées pour la soudure, la chaleur dégagée sur le laiton ne viendra pas dessouder l’autre côté puisqu’elle sera absorbée par l’alu . Les montants, mis en forme sur un tube, sont positionnés sur le gabarit, de même que les filières, qui elles sont maintenues avec un petit fil de cuivre torsadé. Il ne reste plus qu’à souder le tout, et sortir délicatement le dispositif anti-chute ainsi réalisé de son gabarit.

 L’échelle, le dispositif anti-chute et son gabarit de montage.

 
Articles de cette rubrique
  1. Treuils de chalut.
    27 décembre 2007

  2. Grue de débarquement.
    27 décembre 2007

  3. Hélice à pas variable.
    28 décembre 2007

  4. Panneaux de chalut.
    28 décembre 2007

  5. Chappe
    28 décembre 2007

  6. Tuyère & safran.
    28 décembre 2007

  7. Panneaux de cales
    28 décembre 2007

  8. Siège .
    28 décembre 2007

  9. Encadrements de hublots.
    28 décembre 2007

  10. Manilles
    28 décembre 2007

  11. Echelle & Crinoline.
    28 décembre 2007

  12. Ancres
    28 décembre 2007

  13. Panneaux de chalut acier.
    3 avril 2010